Zion

Quel est le sens de « Zion » ציון ?

Le Baal HaSoulam, dans son commentaire du Zohar, explique que Jerusalem (sefira Malhout) est bénie par Zion (Yessod).

Zion est, lui, béni par Zeir Anpin, et représente l’unification des deux « visages de Dieu » Zeir Anpin et Mal’hout.

C’est la raison pour laquelle, Zion ציוו et Yossef יוסף ont la même valeur numérique (156).

156 fait référence au nom de Dieu YHVH (26) et à la 6ème des sefirot correspondant aux émotions (Yessod). Yessod, c’est la Connect-Sion.

26 X 6 = 156

Là où se trouve Zion se trouve Yossef.

Faire du Satan Son Allié : La Plus Grande des Victoires

« Faire d’un adversaire un allié constitue la plus complète et la plus efficace des victoires. » (Rabbi de Loubavitch)

L’Adversaire = Satan / Samael, le Mauvais Penchant, l’Ange de la Mort.

Dieu gère le monde seul. Tout provient de Lui, même le mal, l’Adversaire, illusion qui n’a été créée par Dieu que pour permettre le libre arbitre et nous donner du mérite.

Sans adversaire, il n’y a pas de victoire.

Cela signifie que nous reconnaissons que même le mal, même la mort, ont été créés par Dieu. Il n’y a rien d’autre que Lui.

La Kabbalah nous enseigne que nous pouvons dompter notre mauvais penchant (l’une des formes du Satan) jusqu’à l’utiliser pour faire le bien.

Lire la suite

Yah Panim

Panim (Visage)
פנים

Interiorité (Pnimiout)
פנימיות

Visage/Intériorité

Japon (Yapan)
יפן

Yah
יה

Perle (Pninah)
פנינה
Pearl Harbour
Hawaï הוואי
Shem Havayé
Artsot HaBrit (USA)

Les guerres de la Torah se poursuivent (contre Amalek, Essav, entre Israel et Juda, entre tribus…)

Yom Kippour. Revenir à son Âme

« En cette année jubilaire vous rentrerez chacun dans votre possession. » (Lév. 25:13)

Interprétant un passage du Zohar (1:138b), où il est écrit que le mot « Zot » זת, « cette », a pour gematria 408 , de nombreux cabalistes proclamèrent l’année 5408 (1648) celle de la Délivrance finale.

Ce fut le contraire qui se produisit cette année là, en 5408. L’année 5408 devint ‘l’année de la terreur ». Les Cosaques, commandés par Chmielnicki, provoquèrent des pogroms atroces. Plus de 100 000 Juifs furent massacrés.

https://fr.chabad.org/library/article_cdo/aid/1570615/jewish/Les-vnements-de-1648-et-1649.htm

« La Pénitence (Techouva), la Prière (Tefilah), et la Charité (Tsedakah) atténuent la sévérité du jugement » (Ounetané Tokef, prière de Rosh Hashana et de Yom Kipour).

Dans les livres de prières, les mots Techouva, Tefilah et Tsesaka sont surmontés des mots Tsom, Kol et Mamon.

Ces 3 mots, Tsom צום (jeûne), Kol קול (voix), et Mamon ממון (argent), ont chacun exactement une valeur numérique de 136.

Ensemble, leur guematria est de 408.

Tsom + Kol + Mamon = 408

Il est écrit que le jour de Yol Kipour Aaron entrait dans le Sanctuaire avec « cette chose » (Lévitique 16, 3).

Aaron avait de nombreux ustensiles. Pourquoi est-il écrit « Zot » (cette) et non pas « Élé » (ces) ?

Car il y a 3 voies de repentir : Techouva, Tefilah, et Tsom.

Qassem Soleimani
קאסם סולימאני
Guematria = 408

Qassem Soleimani, général iranien, commandant de la Force Al Qods, est actuellement l’une des personnes qui fait peser le plus de menaces sur Israel.

Yom Kippour approche. Le véritable repentir écarte de tous les dangers.

Notre « possession » c’est « notre âme, qui est notre propriété et notre patrimoine » (Zohar I 139b).

Le « Zot » de « En cette année » fait avant tout référence à la Techouva, la Tefilah, et la Tsedakah, les 3 voies de la repentance qui permettent de « revenir à son âme ».

Revenir à son âme, c’est revenir à Dieu.

Les Pains de Proposition, ou « Pains des Faces »

Pain (qui vient de « panis » en latin) est un homonyme du mot anglais « Pain » qui signifie « Douleur ».

Pourquoi la douleur ? Car lors de l’exil, l’homme doit gagner sa vie, son pain, « à la sueur de son front ».

Les Pains de Proposition « Lehem HaPanim » לחם הפנים, ou « Pain des Faces » correspondent eux aussi à la Douleur, ils sont associés à la sefirah Gvourah (la Rigueur).
Dans le Temple, la table des Pains de Proposition était située au Nord, direction également liée à la Gvourah.

Guematria du Nom de Dieu YHVH יהוה
= 26

Pain (Lehem) לחם
= 78

Pain = YHVH X 3

Une des explications du sens du mot « Pain des Faces » (Lehem HaPanim) est que ces pains avaient la forme des Kerouvim (Chérubins), les anges situés sur l’Arche.

Ces anges se faisaient Face à Face.

Lire la suite

Le Nombre, le Nom, et l’Ombre

Nom-bre

Ombre

Le Nombre est l’Ombre du Nom

Elyahou HaNavi אליהו הנביא
= 120

Ombre צל
(Tsel)
= 120

Elyahou HaNavi agit dans l’ombre.

« Elohim dit : Faisons l’homme à notre image » (Gen 1:26)
וַיֹּאמֶר אֱלֹהִים, נַעֲשֶׂה אָדָם בְּצַלְמֵנוּ

« à notre image » = « betsalmenou »

Tsal / Tsèle (צַלְ) signifie « Ombre ». Selon certains avis il est préférable de traduire le verset ainsi : « Faisons l’Homme dans notre ombre ».

À la manière de l’Ombre, qui est l’absence de lumiére, le Nom naît grâce au « tsimtsoum », le « retrait » de la Lumière Divine permettant la Création.

Il existe de nombreux Noms Divins, les plus connus étant YHVH et Elohim.
Mais au-dessus d’un certain niveau, il n’y a plus de mots, il n’y a plus de Nom, car la compréhension de l’Essence Divine, la Lumière, y est trop aveuglante.

Les Lettres sont la substance de l’Être.

Discours du Rabbi de Loubavitch : La France, Tsarfat, le Nombre 770, et la Délivrance Finale

Résumé du Discours du Rabbi de Loubavitch sur la Paracha Vayechev (23 Kislev 5752 / 30 juin 1991).

La ‘Hassidout enseigne que, bien que la dispersion des Enfants d’Israël aux quatre coins du monde apparaisse superficiellement comme un sujet négatif, il s’agit en réalité d’un bienfait de Dieu. Les Sages ont dit à ce propos « Dieu a fait preuve de charité en dispersant les Enfants d’Israël parmi les nations » (Talmud Pessa’him 87b). En effet, en y étant établis de façon stable, les Juifs imprègnent leurs pays de résidence respectifs de la Torah et des Mitsvot, d’une manière qui dépend des modalités et des us propres à la nature de chaque endroit. Le Midrach stipule en effet « Lorsque tu te rends dans une cité, adoptes-en les usages » (Chemot Rabbah, 47, 5) (dans le respect des lois de la Torah). On retrouve cela dans la Halakha : «Un principe fondamental des règles du commerce veut que les affaires soient traitées dans la langue des habitants de l’endroit et d’après la coutume locale» (Maïmonide, lois relatives au commerce).
Ainsi la Torah confère-t-elle une importance particulière et une force juridique à la coutume locale non-juive.
Cela permet de comprendre l’importance du fait que des Juifs se soient établis en de si nombreux endroits : c’est précisément lorsque l’on est implanté dans un certain milieu et que l’on en maîtrise parfaitement les usages que l’on crée pleinement « une demeure pour Dieu dans les mondes inférieurs » (Midrach Tan’houma). Le fait que le Midrach utilise l’expression plurielle « les mondes inférieurs » pour désigner le monde matériel montre qu’il est important que ce travail soit réalisé dans chaque endroit, conformément à la coutume locale. En effet, chaque endroit étant caractérisé par une mentalité et une façon de vivre spécifiques, ce n’est qu’en y étant parfaitement intégré que l’on peut l’influencer de l’intérieur.

Lire la suite

Pied et Malkhout, Reguel et Régal

Pied se dit « Regel » רגל en hébreu.

Pied « Regel » רגל
Guematria (valeur numérique)
= 200+3+30
= 233

Etz Haïm עצ החיים
= 70+90+5+8+10+10+40
= 233

233 est un nombre de Fibonacci.

« L’Éternel-Dieu fit surgir du sol toute espèce d’arbres, beaux à voir et propres à la nourriture ; et l’Arbre de Vie au milieu du jardin, avec l’arbre de la science du bien et du mal. » (Bereshit / Genèse 2:9)

« Regel », pied, a la même guematria que « Ets HaHaïm », L’Arbre de Vie, qui resplendit lorsque la Sefirah Malkhout, la Shekhinah, est libérée.

Nous retrouvons la lettre Resh, 200, qui représente la dualité cosmologique et la racine GAL, 33, (Galout, Gueoula, Goel, etc.).

En Kabbalah, le pied est symbolisé par la sefirah Malkhout (Royauté).

En français, plusieurs expressions liées aux pieds expriment le plaisir (« c’est le pied », « prendre son pied »,…), et en hébreu le mot REGEL רגל signifie également Fête. Les SHLOSHA REGALIM, sont les Trois Fêtes de Pèlerinage au Temple de Jerusalem, à savoir Pessah, Shavouot, et Souccot.

Le plaisir (« Taanoug ») vient du niveau le plus haut de l’Arbre de Vie, Keter, car lorsque le Corps, la Ressemblance, l’Arbre de Vie, fonctionne en Harmonie, de la tête aux pieds, il en découle un plaisir dans les plus hautes sphères célestes qui se déverse jusqu’à la Sefirah la plus basse, Malkhout.

Pour revenir aux français, le mot français « RIGOLe » vient du néerlandais regel « ligne droite », issu du latin regula « règle ». Une rigole est un conduit creusé au niveau du sol (Malkhout) et destiné à amener l’eau (les eaux d’en haut, Mayim Elyonim).

Un autre mot français, le verbe « RIGOLer », est également assimilé au plaisir. Il est dit que « Dieu a créé le monde dans un éclat de rire », et nous pourrons à nouveau ressentir cet éclat de rire lors de la Guéoula, lorsque les secrets de la Torah nous seront dévoilés et que les masques seront tombés, car le Goel (Sauveur) est Rigolo.

Enfin, l’adjectif « RÉGALien » vient du latin « regalis » qui veut dire « royal ». Régalien signifie ce qui concerne, qui appartient en propre au Roi, au souverain, et est également lié à la Sefira Malkhout.

Lors de la Délivrance Finale, quand le Nom de Dieu YHVH sera Un, lorsque le tikoun, la réparation du deuxième Hé aura été accompli, il en ressortira une grande joie, nous nous RÉGALerons.

France, Tsarfat, et sa Guematria

France se dit Tsarfat en hébreu.
Guematria (valeur numérique) :


צרפת
= 90 + 200 + 80 + 400
= 770

France (Tsarfat) en guematria sidouri (valeur ordinale) :

צרפת
= 18 + 20 + 17 + 22
= 77


Guematria pleine de Tsarfat (Milouï) = 1120
= Tserouf de l’enchaînement des mondes, YHVH Elohim (112) unifié au niveau des Sefirot.

Milouï du Milouï de Tsarfat (grossesse dans la grossesse)
= 2666

Dualité, Rigueur et Matérialité.

Notre Rapport Avec les Animaux, une des Clés de la Sagesse

Un jour viendra où chaque créature montera d’un niveau sur l’échelle spirituelle. Il est par exemple dit que notre corps se transformera progressivement en Lumière.

Ce sera le cas aussi pour toute la Création et les animaux s’élèveront au même niveau que les êtres humains actuels (Ari Zal, Shaar HaMitzvot).

Le Rav Kook explique qu’il est donc impensable que les sacrifices d’animaux aient lieu d’être quand il y aura le 3ème Temple (Otzarot HaReiyah).

Pourquoi tellement de personnages de dessins animés sont-ils des animaux se comportant comme des humains ? Peut-être est-ce une « préparation » à ces temps futurs ?

Le futur nous réserve bien des surprises et on peut déjà avoir un aperçu de ces choses en s’investissant dans la Torah.

Kabbalah, Guematria, et explorations spatio-temporelles