Archives par mot-clé : 257

Brahmi et Kharosthi

Les premières attestations des anciens systèmes d’écritures de l’Inde que sont le brahmi et le kharosthi sont les édits de l’empereur Ashoka au IIIe siècle avant l’ère commune.


Les édits d’Ashoka sont un ensemble de 33 inscriptions gravées sur des piliers, sur des rochers et dans des grottes. Les textes ont été dictés par l’empereur Ashoka et dispersés dans tout le sous-continent indien pendant son règne sur l’Empire Maurya de -269 à -232. Ces inscriptions sont les plus anciens documents historiques d’Inde que l’on ait pu déchiffrer ainsi que les premiers à mentionner le bouddhisme.

Les écrits retrouvés dans la partie est de l’Inde sont écrits en maghadi à l’aide de l’alphabet brahmi.
Les inscriptions occidentales sont, elles, rédigées dans une langue proche du sanskrit en alphabet kharosthi.
Enfin, un édit unique retrouvé à Kandahar en Afghanistan est écrit en grec et en araméen.

Ashoka a régné sur un empire qui s’étendait de l’Afghanistan actuel jusqu’au Bangladesh, après avoir fait la guerre à l’Etat de Kalinga, sur la côte orientale de l’Inde. Mais suite aux atrocités commises, il s’est converti au bouddhisme et à la non-violence. Se faisant appeler « l’ami des dieux », il propage sa morale, basée sur la bienveillance envers tous les êtres vivants, aux quatre coins de l’empire dans des édits gravés sur pierre.

Extrait d’une inscription d’Ashoka :

« Huit ans après son sacre le roi ami des dieux au regard amical a conquis le Kalinga. Cent cinquante mille personnes ont été déportées ; cent mille y ont été tuées ; plusieurs fois ce nombre ont péri. Ensuite, maintenant que Kalinga est pris, ardents sont l’exercice de la Loi, l’amour de la Loi, l’enseignement de la Loi chez l’ami des dieux. Le regret tient l’ami des dieux depuis qu’il a conquis Kalinga. En effet, la conquête d’un pays indépendant, c’est alors le meurtre, la mort ou la captivité pour les gens : pensée que ressent fortement l’ami des dieux et qui lui pèse. »

« Ashoka » (अशोक) signifie « Absence de souci, de souffrance ».

Ashoka
אשוקה
Guematria = 412
= guematria de « Beit » (« Maison »)
בית

#OnRentreALaMaison


Le monde ne connaîtra plus de souffrances quand tout le monde sera rentré à la Maison.
Lors de la Délivrance Finale, les mythes ne seront plus utilisés à des buts politiques, à des buts de conquêtes. Il n’y aura plus de frontières. Tout le monde pourra vivre là où est son coeur. Tel est l’enseignement que nous pouvons retenir des Écrits d’Ashoka.


Le bouddhisme, à partir d’Ashoka, a eu une influence jusqu’au Moyen-Orient, que l’on retrouve par exemple dans le monachisme des Esséniens. De même, une écriture sémitique, l’araméen, a eu une influence sur les systèmes d’écritures asiatiques, via le brahmi qui s’est répandu contrairement au kharosthi. Le Brahmi est l’ancêtre de la plupart des écritures de l’Inde, du Bangladesh, du Népal, du Bhoutan, de l’Asie du sud-est et de Chine.


Les textes bouddhistes du Gandhara, écrits en kharosthi, ont été retrouvés près de la ville de Hadda en Afghanistan. Datés du premier siècle, ils constituent, eux, les manuscrits bouddhistes les plus anciens.


L’analyse de l’alphabet kharosthi montre une relation nette avec l’alphabet araméen, auquel on a ajouté des symboles supplémentaires pour noter les phonèmes des langues indiennes. Il s’écrivait au début de droite à gauche, comme cela semble être le cas de l’antique Écriture de l’Indus encore indéchiffrée.

« Kharosthi » semble être un dérivé du mot hébreu « ‘Haroshèt » (« Gravure »), de la racine « ‘Harash » (« Graver »). En grec ancien : Charasso (χαρασσω).
חרושת
חרש


L’alphabet brahmi, lui aussi influencé par l’araméen mais moins que le kharosthi, apparut environ à la même époque en Inde du nord, sous le contrôle de l’empire perse des Achéménides.

« Brahmi » signifie « Qui vient de Brahman (l’Âme Universelle, le Grand Tout, l’Absolu) ».
ברהמי
Guematria = 257

Premier mot de la Bible ayant 257 pour guematria : « VaYomèr » (« Il a dit »)
ויאמר

« Dieu dit: Que la lumière soit ! Et la lumière fut. » (Genèse 1:3)
וַיֹּאמֶר אֱלֹהִים יְהִי אוֹר וַיְהִי אוֹר


« Quant aux fils des concubines qu’avait eues Abraham, il leur fit des présents; et tandis qu’il vivait encore, il les relégua loin d’Isaac, son fils, vers l’orient, dans le pays de Kédem. » (Genèse 25:6)

#Abraham #Sarah #Brahma #Sarasvati #AbracadAbraham #UnDitUn

Humour

Humour
הומור
Guematria classique = 257
= « Orim » (« Lumières »)
אורים
= « Arone » (« Arche »)
ארון

Le mot « Arone » est utilisé pour décrire l’Arche d’Alliance, le coffre qui contient les Tables de la Loi.

Le mot « Arone » (« Arche ») signifie aussi « Cercueil », comme dans sa première occurrence dans la Bible :
« Joseph mourut âgé de cent dix ans; on l’embauma et il fut déposé dans un Cercueil (« Aron ») en Égypte. » (Genèse 50:26)

C’est la raison pour laquelle la Bière et l’Humour sont des spécialités belges.

Je suis d’Aide.

#Dead #Amor #Amour #MortDeRire #MourirDAmour #MortSubite #MouRire

Guematria ordinale de « Humour » = 50
הומור
= guematria de « HaAdam » (« L’Homme »)
האדם

Humour = Homme + « Or » (« Lumière » en hébreu)

Il existe « Cinquante Portes de la Connaissance ».
Etre un Homme authentique, accéder aux Lumières, aux plus hautes sphères de la Connaissance ne se fait qu’en se libérant de son Ego. Il faut se « décoincer », voir le bon côté des choses, comprendre qu’il y a un « second degré »… pour ensuite s’élever de degré en degré.

Guematria pleine de « Humour » = 620
הא וו מם וו ריש
= guematria de « Keter » (« Couronne »)
כתר

Le mot « Roi » est issu de la racine indo-européenne « Reg » qui signifie « Diriger » (« Rix » en gaulois).

Le véritable Roi est celui qui sait Rigoler (il peut aussi jouer de la lyre).

Humour = Assurance tout Rix

#Amour #Humour #Homme #Rigolo #RixGaulois


#CervoiseCasher


Dieu est Un. Une fois.


Ouvre le coffre et tu verras la Lumière !



La Belgique est dans une des régions où la densité de population a toujours été très forte. C’est d’ailleurs depuis le Plat Pays que les invasions barbares ont commencé, et les Francs, ce petit peuple, ont réussi car ils étaient « gonflés ». La bière aussi elle aussi fait gonfler le ventre, la matrice.

« Balagan » signifie « Désordre » en hébreu et trouve son origine dans le russe « Balagán » (« Blague »)
балаган

La racine indo-européenne “Bel” signifie “Enfler”, “Gonfler”, “Devenir plus grand”, “Se mettre en colère”, …. “Bel” a par exemple donné les mots “Balu” (“Sac de cuir” en gaulois), Balle, Baleine, Ballot, Phallus, Belge, Blague, etc.

« BhEL » est apparentée à la racine « GwEL » signifiant « Lancer », « Jeter ».
« BhEL » est plutôt liée à l’idée de jeter dedans ; « GwEL », dehors.
« GwEL » a donc donné des mots comme « Arbalète », « Trimballer », « Baliverne », « Diable »… ou par exemple l’anglais « Kill ».

En hébreu, la racine “Béla” signifie “Avaler”, “Engloutir”.
בלע

#Baal #Balaam #Balak #Belial #Lebalbel #Babel


Il aurait fallut de la bière Belle-Je !


« Hell » veut dire « Enfer » en anglais, mais « Blond » en allemand.
Le terme « Ale » désigne une bière de fermentation haute.

#EL #Elle #LesBlondes #YetserHara


#MortSubite #BièreDuMecSick

Colore le Monde !

L’Attachement au Divin, la « Dvekout », consiste à écouter Sa voix, afin de ne plus fonctionner en mode binaire, en noir et blanc.

« Kol » signifie « Voix » en hébreu ; « Or », la « Lumière ».
קול אור

« Kol Or » = « Colore ! »


« Collé » se dit « Davouk » en hébreu
דבוק
Guematria = 112

= guematria des noms de Dieu YHVH et Elohim réunis
יהוה אלהים

#Dvekout #KolHé #KolOrÀSion


« Kol » signifie également « Tout » en hébreu.

כל אור
« Colore » = « Tout est Lumière »

Il n’y a rien d’autre que Lui.



La Terre doit arrêter de se Taire.

#Keter #Malkhout


I Kol All of You.

#Kol #All #Call


Kol Or = Tu Vois/x


« Kol – Or » (« Voix – Lumière »)
קול אור
Guematria = 343
= 7 x 7 x 7

« Elohim a dit » (« VaYomer Elohim », Gen. 1:3)
ויאמר אלהים
Guematria = 343

« YHVH a proclamé » (« VaYikra YHVH », Ex. 34:6)
ויקרא יהוה
Guematria = 343

« Arche de Dieu » (« Aron Elohim »)
ארון אלהים
Guematria = 343


« Kol Or » (« Tout est Lumière »)
כל אור
Guematria = 257
= guematria de « VaYomèr » (« Il a dit »)
ויאמר

« Dieu dit: Que la lumière soit ! Et la lumière fut. » (Genèse 1:3)
וַיֹּאמֶר אֱלֹהִים יְהִי אוֹר וַיְהִי אוֹר

« VaYomèr » est l’anagramme de « Or Mi » (« Lumière du Mi / de l’En haut »).


« Kol HaOri » (« La Voix de ma Lumière »)
קול האורי
Guematria = 358
= Machiah
משיח


Le suffixe -Cole est issu du verbe latin « Colere » (« Cultiver », « Habiter »).

#École #RésidencePourLaShekhina


« Koul » en hindi (du sanskrit « Koula ») signifie « Groupe » / « Communauté ».
कुल


Le Rossignol

« Zamir (« Rossignol »)
זמיר
Guematria ordinale = 50 (nombre de Portes de la Connaissance)

On accède aux Lumières, aux secrets de l’En haut, par le Chant, la Joie.

« Zamir » = « Razim » (« Secrets »)
רזים
= anagramme de « Raz Mi » (« Secret du Mi / de l’En haut »)
רז מי

Guematria classique = 257
= guematria de « Orim » (« Lumières »)
אורים
= guematria de « Arone » (« Arche »)
ארון
= « Nezer » (« Tiare » / « Couronne »)
נזר


En serrurerie, un « Rossignol » est un instrument pour crocheter les serrures.

C’est par le « Chant Nouveau » que nous pouvons ouvrir la Dernière Porte.

#Rossignol #ChantNouveau

#PortesDelaBinah

Pi, la Pomme de Pin et le Cône

« Pin » se dit « Orèn » en hébreu.
אורן


« Or » veut dire « Lumière », et la lettre finale, le Noun, représente la descente dans le Monde d’En bas. Orèn = la Lumière du Noun.


« Orèn » (« Pin ») est l’anagramme de « Arone » qui signifie « Arche ».
אורן ארון

Panim al Panim

Guematria ordinale de « Orèn » = 52 = YHVH (26) x 2


Guematria classique = 257 = guematria de « Razim » (« Secrets »)

רזים


En botanique, le Cône est la structure de regroupement des organes reproducteurs chez les conifères qui contribue à la pollinisation.
La Pomme de Pin est l’exemple typique du Cône.

« Itstroubal » (« Pomme de pin »)
אצטרובל
Guematria = 338
= 26 (YHVH) x 13 (guematria de « Ehad »)

Dieu est Un.

338ème mot de la Bible = « Elohim ».

#YHVHElohim


« Cône » se dit « Kharout » en hébreu.
חרוט
Guematria = 223
= guematria de « HaZohar » (« La Splendeur »)
הזוהר


Le « Cône » fait référence à la sefira Malkhout, à la Shekhina, la Présence Divine, la Dimension Féminine, au Monde de l’Action (Assia).

La Coupe (« Kos » = guematria de « Elohim ») de Kiddoush a la forme d’un cône.


En français, « Con » désigne le sexe de la femme.

En ancien français, « Con » est une variante de « Comme ».

En espagnol et en italien, « Con » signifie « Avec ».

#UnirLaMalkhout


En français, « Con » signifie aussi « Idiot », « Stupide ».

En anglais « Con » signifie « Aspect négatif », « Désavantage ».

#ShekhinaEnExil


Transcrit phonétiquement en hébreu, « Cône » s’écrit Kouf – Vav – Noun
קון
Guematria ordinale = 50 (portes de la Binah, la Con-naissance)

Guematria classique = 156
= YHVH (26) x 6

Nous retrouvons dans le nombre 156 la trace du nom de Dieu YHVH ainsi que le nombre 6, lié à la matérialité, la matrice.


L’Humanité doit construire une demeure pour le Divin, construire la Malkhout (Royauté) dans notre monde, le monde de l’action. C’est la raison pour laquelle on trouve des cônes sur les chantiers de construction.

#ConstructSion


Une icône est un petit pictogramme représentant une action, un objet, un logiciel, un type de fichier, etc. Les icônes ont dans un premier temps servi d’outils pour rendre les interfaces utilisateur graphiques plus simples d’utilisation. Une icône est une image comme n’importe quelle autre.

I-Cône / Youd-Cône


Un Mégaphone / Porte-Voix a la forme d’un Cône.

#VoixDeDieu

« Pin » = « Peh » (« Bouche ») + Un

#SaParole


La Pomme de Pin illustre parfaitement la Matrice de la Suite de Fibonacci.

#Pi #Pin #PehUn