Discours du Rabbi de Loubavitch : La France, Tsarfat, le Nombre 770, et la Délivrance Finale

Résumé du Discours du Rabbi de Loubavitch sur la Paracha Vayechev (23 Kislev 5752 / 30 juin 1991).

La ‘Hassidout enseigne que, bien que la dispersion des Enfants d’Israël aux quatre coins du monde apparaisse superficiellement comme un sujet négatif, il s’agit en réalité d’un bienfait de Dieu. Les Sages ont dit à ce propos « Dieu a fait preuve de charité en dispersant les Enfants d’Israël parmi les nations » (Talmud Pessa’him 87b). En effet, en y étant établis de façon stable, les Juifs imprègnent leurs pays de résidence respectifs de la Torah et des Mitsvot, d’une manière qui dépend des modalités et des us propres à la nature de chaque endroit. Le Midrach stipule en effet « Lorsque tu te rends dans une cité, adoptes-en les usages » (Chemot Rabbah, 47, 5) (dans le respect des lois de la Torah). On retrouve cela dans la Halakha : «Un principe fondamental des règles du commerce veut que les affaires soient traitées dans la langue des habitants de l’endroit et d’après la coutume locale» (Maïmonide, lois relatives au commerce).
Ainsi la Torah confère-t-elle une importance particulière et une force juridique à la coutume locale non-juive.
Cela permet de comprendre l’importance du fait que des Juifs se soient établis en de si nombreux endroits : c’est précisément lorsque l’on est implanté dans un certain milieu et que l’on en maîtrise parfaitement les usages que l’on crée pleinement « une demeure pour Dieu dans les mondes inférieurs » (Midrach Tan’houma). Le fait que le Midrach utilise l’expression plurielle « les mondes inférieurs » pour désigner le monde matériel montre qu’il est important que ce travail soit réalisé dans chaque endroit, conformément à la coutume locale. En effet, chaque endroit étant caractérisé par une mentalité et une façon de vivre spécifiques, ce n’est qu’en y étant parfaitement intégré que l’on peut l’influencer de l’intérieur.

Lire la suite

Pied et Malkhout, Reguel et Régal

Pied se dit « Regel » רגל en hébreu.

Pied « Regel » רגל
Guematria (valeur numérique)
= 200+3+30
= 233

Etz Haïm עצ החיים
= 70+90+5+8+10+10+40
= 233

233 est un nombre de Fibonacci.

« L’Éternel-Dieu fit surgir du sol toute espèce d’arbres, beaux à voir et propres à la nourriture ; et l’Arbre de Vie au milieu du jardin, avec l’arbre de la science du bien et du mal. » (Bereshit / Genèse 2:9)

« Regel », pied, a la même guematria que « Ets HaHaïm », L’Arbre de Vie, qui resplendit lorsque la Sefirah Malkhout, la Shekhinah, est libérée.

Nous retrouvons la lettre Resh, 200, qui représente la dualité cosmologique et la racine GAL, 33, (Galout, Gueoula, Goel, etc.).

En Kabbalah, le pied est symbolisé par la sefirah Malkhout (Royauté).

En français, plusieurs expressions liées aux pieds expriment le plaisir (« c’est le pied », « prendre son pied »,…), et en hébreu le mot REGEL רגל signifie également Fête. Les SHLOSHA REGALIM, sont les Trois Fêtes de Pèlerinage au Temple de Jerusalem, à savoir Pessah, Shavouot, et Souccot.

Le plaisir (« Taanoug ») vient du niveau le plus haut de l’Arbre de Vie, Keter, car lorsque le Corps, la Ressemblance, l’Arbre de Vie, fonctionne en Harmonie, de la tête aux pieds, il en découle un plaisir dans les plus hautes sphères célestes qui se déverse jusqu’à la Sefirah la plus basse, Malkhout.

Pour revenir aux français, le mot français « RIGOLe » vient du néerlandais regel « ligne droite », issu du latin regula « règle ». Une rigole est un conduit creusé au niveau du sol (Malkhout) et destiné à amener l’eau (les eaux d’en haut, Mayim Elyonim).

Un autre mot français, le verbe « RIGOLer », est également assimilé au plaisir. Il est dit que « Dieu a créé le monde dans un éclat de rire », et nous pourrons à nouveau ressentir cet éclat de rire lors de la Guéoula, lorsque les secrets de la Torah nous seront dévoilés et que les masques seront tombés, car le Goel (Sauveur) est Rigolo.

Enfin, l’adjectif « RÉGALien » vient du latin « regalis » qui veut dire « royal ». Régalien signifie ce qui concerne, qui appartient en propre au Roi, au souverain, et est également lié à la Sefira Malkhout.

Lors de la Délivrance Finale, quand le Nom de Dieu YHVH sera Un, lorsque le tikoun, la réparation du deuxième Hé aura été accompli, il en ressortira une grande joie, nous nous RÉGALerons.

France, Tsarfat, et sa Guematria

France se dit Tsarfat en hébreu.
Guematria (valeur numérique) :


צרפת
= 90 + 200 + 80 + 400
= 770

France (Tsarfat) en guematria sidouri (valeur ordinale) :

צרפת
= 18 + 20 + 17 + 22
= 77


Guematria pleine de Tsarfat (Milouï) = 1120
= Tserouf de l’enchaînement des mondes, YHVH Elohim (112) unifié au niveau des Sefirot.

Milouï du Milouï de Tsarfat (grossesse dans la grossesse)
= 2666

Dualité, Rigueur et Matérialité.

Notre Rapport Avec les Animaux, une des Clés de la Sagesse

Un jour viendra où chaque créature montera d’un niveau sur l’échelle spirituelle. Il est par exemple dit que notre corps se transformera progressivement en Lumière.

Ce sera le cas aussi pour toute la Création et les animaux s’élèveront au même niveau que les êtres humains actuels (Ari Zal, Shaar HaMitzvot).

Le Rav Kook explique qu’il est donc impensable que les sacrifices d’animaux aient lieu d’être quand il y aura le 3ème Temple (Otzarot HaReiyah).

Pourquoi tellement de personnages de dessins animés sont-ils des animaux se comportant comme des humains ? Peut-être est-ce une « préparation » à ces temps futurs ?

Le futur nous réserve bien des surprises et on peut déjà avoir un aperçu de ces choses en s’investissant dans la Torah.

Une des clés de la Sagesse est la connaissance des chants d’oiseau.

https://www.chant-oiseaux.fr/alphabetique/

Il Faut Savoir Trancher

Plus la racine de l’âme (shoresh neshama) d’une personne est élevée, plus son mauvais penchant (yetser hara) est grand. Plus on dompte son mauvais penchant en faisant le bien au lieu du mal, plus on utilise son libre-arbitre. On « ressemble » alors à Dieu.

« La faute du serpent primordial consista à unifier l’En-bas et à diviser l’En-haut. Il convient au-contraire de trancher dans l’En bas et de réunir dans l’En-haut. » (Zohar)

Le mot « Kodesh » / « Kadosh » est généralement traduit par « Saint », mais son sens exact est « Séparé ».

« Le secret du Mauvais Serpent est de descendre de l’En-haut vers l’en bas en nageant à la surface des eaux amères. Ce serpent habite dans le côté gauche, mais il existe par ailleurs un Serpent de Vie, habitant le côté droit. » (Livre du Zohar)

« Le souffle de Dieu planait au-dessus de la surface des eaux. » (Genèse / Bereshit 1:2)

Le « Souffle de Dieu » est une allusion au Serpent de Vie, au Machiah.

Valeur numérique du mot Machiah = valeur du mot Serpent (Nahash) = 358

Dans la vie, l’âme doit savoir trancher.

Aleph, Nombre d’Or, Masques et Noms de Dieu

Masque de Toutankhamon

La Coudée Royale Égyptienne, règle graduelle qui servait de référence dans l’Egypte Antique mesure environ 0,5236 m, soit le sixième de Pi.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Coud%C3%A9e_royale_%C3%A9gyptienne

La Pyramide de Khéops et le Sphinx.

1 paume = 34 lignes
1 palme = 55 lignes
1 empan = 89 lignes
1 pied = 144 lignes
1 coudée = 233 lignes

Lire la suite

Ils Sont Parmi Nous. Kaballah, Elohim, Anges, Démons et Extraterrestres

La Bible, le Talmud, la Kabbalah, … les sources traditionnelles juives font de nombreuses références à des « chars célestes » ou habitants d’autres planètes.

Par exemple, suite à sa victoire sur le général Sissera, la prophétesse Déborah dit :

Maudit soit Méroz, a dit l’ange du Seigneur, maudits soient ses habitants. (Juges 5:23)

(Juges 5:23)

Selon le Talmud, Méroz est une planète dont les habitants étaient venus prêter main forte à Sissera.

Les passages faisant référence à des « chars de feu » sont nombreux dans la Bible, le plus connu étant celui où Elie est emporté au ciel :

Ils poursuivaient leur chemin en conversant, quand tout à coup un char de feu, attelé de chevaux de feu, les sépara l’un de l’autre, et Elie monta au ciel dans un tourbillon. A cette vue, Elisée s’écria: « Mon père, mon père! Char et cavalerie d’Israël! » Et il ne le vit plus. Alors il saisit ses vêtements, et les déchira de part en part.

(Livre des Rois II 2:11-12)

La Torah écrite et la Torah orale que Moshe Rabbenou a reçu au Sinaï renferment tous les secrets cachés. Il n’y a pas un seul événement, même le plus anodin, même le plus farfelu, qui ne puisse être expliqué à la Lumière de la Torah.

« Tout objet, toute forme, tout événement que l’homme voit ou entend lui délivre un enseignement applicable à son service de Dieu.
Précisément, servir Dieu consiste à décrypter les messages qu’Il envoie, à en déduire ce qu’il convient de faire ou au contraire, d’empêcher. »

(Le Baal Shem Tov)
OVNIS au-dessus de Washington, 1962.

En 1969, la commission d’enquête du « Projet Colorado », ou « Rapport Condon », en cherchant à expliquer rationnellement les nombreuses observations d’OVNI de l’époque, divulgue en même temps des rapports gouvernementaux précis de phénomènes non expliqués au grand public.

Lire la suite

Oeil d’Elohim, Messianisme, et Négation de l’Unicité Divine

À l’origine, le Messie, Machiah, ne correspond pas à la volonté de Dieu, mais à son rejet et à la volonté de ressembler aux autres nations. Dieu a écouté Son peuple, mais ne voulait pas de roi en Israel. Seul Lui règne. Seul Dieu est Roi.

Les messianismes de toutes sortes ont un effet contraire, ils nous enferment au lieu de nous délivrer.

« Cède à la voix de ce peuple, fais ce qu’ils te disent ; ce n’est pas toi qu’ils rejettent, c’est Moi-même, dont ils ne veulent plus pour leur Roi. » (Samuel 8:7)

Machiah ne signifie en fait non pas « celui qui est oint » mais « Celui qui oint ». Le vrai Messie est Dieu, Lui seul est Roi.

Cela a provoqué des siècles de malheurs et de destructions dans le monde. Cela s’est retourné cruellement contre le Peuple d’Israel qui s’est fait persécuter car accusé d’avoir « tué le Messie ».

C’est une des raisons pour lesquelles la guematria (valeur numérique) de Machia’h משיח (Messie) est de 358, la même que le mot Na’hash (Serpent).

Lire la suite

Essav Revient !

Les Juifs attendent la « Techouva » (le « retour ») d’Essav (Esaü, ou Edom).

Le Rabbi de Loubavitch enseigne que « la synergie entre la force supérieure d’Essav et la sagesse de Jacob sera la caractéristique déterminante des temps messianiques et constitue par là même la clé de leur avènement ».

Un des « tikounim » (réparations) nécessaires à la Délivrance est en effet celui de la relation entre Yaakov/Israel et son frère jumeau Essav.

Les Chrétiens attendent « le retour de Jésus » (qui est en fait Essav). Jésus = Je suis », représente l’ego, enfermé dans la klipa d’Edom. Sans le savoir, les Chrétiens demandent en fait à Essav : « Reviens parmi les tiens ! », « Sois toi-même, mais reviens parmi ta famille et à ses valeurs ! ».

Les Musulmans attendent aussi le « retour d’Isa », qui est également Essav (et non Jésus, qui se dit « Yasua » en arabe).

Les clés de la Délivrance finale et de la paix se trouveraient-elles là, dans le « Retour d’Essav » ?

Kabbalah, Guematria, et explorations spatio-temporelles