Raiponce

Les Évangiles et le Nouveau Testament sont des récits midrashiques, allégoriques, mettant en scène un personnage fictif, Yehoshoua, et résultant d’une opération psychologique militaire menée par l’Empire Romain après la Destruction du Temple en 70.


Toutes sortes d’histoires, basées ou non sur des faits réels, y sont mêlées. On retrouve par exemple les influences de l’Énéide de Virgile dans l’Évangile de Luc ainsi que dans les Actes des Apôtres.


On retrouve aussi les détails d’un pièce de théâtre anti-juive se moquant d’un « Roi des Juifs », Karabas, et jouée notamment à Alexandrie lors de la venue d’Agrippa en 38. Cet épisode est relaté par Philon d’Alexandrie dans Contre Flaccus.

Philon, qui incarne la symbiose judéo-grecque, est notamment connu pour ses écrits traitant du Logos. Il était un Juif appartenant à l’une des familles les plus puissantes de l’époque. Tiberius Julius Alexander, son neveu, seconda Titus lors du siège de Jerusalem et fit reconnaître Vespasien empereur par ses légions dès le 1er juillet 69, contribuant ainsi à son accession au trône.

#Karabas #Barabbas #ChatBotté


Le Satyricon de Petrone, considéré comme le premier roman de la littérature occidentale, possède aussi de nombreuses similitudes avec les Évangiles.

Un passage relate une fiole de nard versée sur la tête. Un autre l’histoire rocambolesque de 3 crucifiés, une femme pieuse (la Matrone d’Ephèse), un soldat romain et un tombeau ouvert…

Il est aussi question du « Testament » du héros Eumolpe : « Tous ceux qui bénéficient de legs dans mon testament – sauf mes affranchis – ne percevront ce que j’ai donné qu’à la seule condition qu’ils découpent mon corps en morceaux et le mangent devant le peuple debout. »


Parmi le cercle des auteurs des Évangiles à la solde de Rome et des Empereurs Flaviens, figurait un certain Flavius Josèphe dont les oeuvres ont pendant des siècles figuré à côté de la Bible. Sa famille était liée aux Hasmonéens.


Mariamne l’Hasmonéenne (ou Mariamne I) fut l’épouse d’Hérode le Grand qui fut placé sur le trône de Jerusalem par les Romains. Mariamne était d’origine hasmonéenne et Hérode voyait ainsi en elle un moyen d’asseoir sa légitimité. Elle était également réputée pour sa grande beauté.

Mariamne avait donné deux fils à Hérode, Alexandre et Aristobule IV. Mais Hérode craignait de voir l’un d’eux evenir un futur rival. Ils avaient, eux, du sang hasmonéen, et pouvaient s’attirer la sympathie du peuple. Hérode exécuta donc les 2 enfants. Ce fut un Massacre d’Innocents.

#Heir #Hair


Flavius Josèphe raconte qu’un jour Hérode était parti à Rome et laissa Mariamne, encore adolescente, aux soins d’un certain Joseph. Mais au retour du roi, Salomé, sa soeur, accusa Mariamne d’être une pécheresse et d’avoir commis un adultère avec Joseph…

Salomé pris ensuite part à un complot avec l’aide d’un échanson royal qui accusa Mariamne d’avoir tenté d’empoisonner Hérode. Malgré son amour pour Mariamne, Hérode cèda à la colère et fit cette fois exécuter sa femme. Selon Flavius Josèphe, il regrettera ce geste à plusieurs reprises par la suite, et fit même construire une tour à son nom dans Jerusalem : la célèbre Tour Mariamne.

#Miriam #Migdal #TourDIvoire


« Miriam Ha’Hashmonayt » (« Miriam l’Hasmonéenne »)
מרים החשמונאית
Guematria = 1110
= guematria de « Nistérèt » (« Cachée »)
נסתרת

#Mystère #Reine #Château #AjouterLeUn


On retrouve dans le mot « Historia » le son correspondant à la racine « Stèr » (comme dans « Nistérèt ») qui signifie « Cachée » en hébreu.
היסטוריה
סתר
L’Histoire, mais aussi les histoires, les contes, contiennent de nombreux mystères et de choses cachées.

#StèrWay #Heaven #CachezCesCheveux


Le Talmud (Shabbat 104b) parle de Miriam, mère d’un dénommé Jésus et coiffeuse pour dames de profession : « Megadla Neshaya ».
C’est un jeu de mots tiré par les cheveux : une « coiffeuse » est synonyme de « prostituée » opérant derrière un faux salon de coiffure, comme c’est encore le cas de nos jours en Asie.


Comme Mariamne, Raiponce est une belle jeune fille associée à une tour.

Le nom « Raiponce » vient du latin « Rapa » (« Rave »).

« Rav » signifie « En grande quantité », « Nombreux » en hébreu. « Rav » signifie aussi « Rabbin » car un rabbin est censé connaître beaucoup de choses.
רב

#BeitRav


Question : Pourquoi Raiponce a-t-elle les cheveux longs ?

Réponse du Rav :
Les cheveux représentent ce que l’on appelle le « Or Makif » en kabbalah, soit la Lumière qui nous englobe.Le Or Makif nous environne, il entoure, et est donc associé au cercle et à la Dimension féminine.


« Or Makif » (« Lumière Environnante »)
אור מקיף
Guematria ordinale = 86
= guematria du nom de Dieu Elohim associé à la dimension Féminine
אלהים
Guematria pleine = 1000
אלף וו ריש מם קוף יוד פא

En hébreu « Aleph » (« Un ») et » Eleph » (« Mille ») s’écrivent de la même façon.
אלף

C’est la Dimension Féminine qui permet à l’Homme de s’élever.

Il était une foi…

#ElleOHim #DieuEstUn